mercredi 17 juillet 2013

Quand Poitiers était capitale de la Belgique

En ce jour de Fête Nationale Belge, il est une histoire commune à la ville de Poitiers et au Plat-Pays que bien peu de gens ne connaissent. Nous savions que Poitiers avait été tour-à-tour capitale de la province d'Aquitaine et du Royaume de France, mais nous ignorions bien souvent que Poitiers avait été capitale de la Belgique durant la seconde guerre mondiale.

Nous sommes en 1940. L’Allemagne nazie accroît sa domination sur l'Europe de l'ouest. Hitler souhaite attaquer la France par le nord, et le 10 mai, il envahit la Belgique au mépris des traités internationaux sur la neutralité des pays du nord. Face à l'avancée de l'ennemi, l'armée belge est contrainte de reculer et se prépare à l'affront sur les rives de la Lys. Le Gouvernement est obligé de quitter le pays et demande asile à la France. Poitiers est choisie pour l'accueillir. 

Le Gouvernement belge siège à l'hôtel de France, rue Carnot, ou se passent la majorité des réunions. Le Premier Ministre est installé hôtel Gilbert, près du parc de Blossac, et la faculté de Droit accueille les ministères des Finances et de l'Intérieur. Le ministère de la Justice trouve quant à lui refuge au 21 rue de la Cathédrale. 

Les armées belge et allemande s'affrontent durant la bataille de la Lys qui dura du 23 au 28 mai 1940. Ce fut un désastre pour l'armée belge. Le roi Léopold III fut contraint de capituler. La nouvelle arriva à Poitiers et fit l'effet d'une bombe dans le gouvernement belge qui souhaitait par dessus tout continuer le combat.

Devant l'avancée rapide de l'armée allemande, le maréchal Pétain demanda l'armistice qui fut signée le 17 juin. Il appellait à cesser le combat. La France était occupée. Le gouvernement belge installé à Poitiers ne souhaitant pas associer son destin à celui d'une  France soumise à l'ennemi, prit la décision de continuer le combat contre l'envahisseur nazi. Il décida son départ pour Londres, et quitte la France par le port de Bordeaux le 18 juin.

Associée à la police française durant cette sombre période, la police belge décida d'offrir en 1950 l'une des six copies de la célèbre statue du Manneken Pis à cette ville qui hébergea le Gouvernement durant 26 jours. La statue qui trônait auparavant sur la façade de l'ancien commissariat de la rue de la Marne est aujourd'hui exposée dans le hall de l'hôtel de police actuel.

Aucun commentaire: